#PolarBearWatch

Sur les tracesde l'ours polaire

Explorer l'histoire En savoir plus
En savoir plus
tx2

Les survivants de l'Arctique

Prélèvements d'ADN, pose de colliers et de balises satellites, les experts du WWF s’efforcent de recueillir les données nécessaires à la protection de l'ours polaire.

Pour que les ours polaires continuent d'évoluer dans le cercle Arctique, vous pouvez agir et soutenir le travail de conservation du WWF.

1 Mission de terrain

Un collier émetteur pour suivre les mouvements

Des océans gelés aux déserts de glace infinis, le monde de l’ours polaire change à vue d’œil. Afin de mieux comprendre leurs modes de vie et opter ainsi pour les meilleures décisions en matière de conservation, le WWF prend activement part à la recherche sur les ours polaires.

Les chercheurs ont besoin de comprendre ce qui se passera pour l’espèce quand la banquise aura fondu. Pour y parvenir, les biologistes utilisent des colliers GPS aussi légers que compacts permettant de suivre les mouvements des ours en temps réel.

Les ours polaires vivant dans un habitat reculé et difficile d'accès, recueillir des données de bonne qualité les concernant revient très cher. Un collier émetteur permettant de suivre l’animal coûte à lui seul près de 3750€.

Les ours polaires sont équipés de colliers satellites qui envoient des mises à jour quotidiennes aux chercheurs.

S’il est parfois difficile de constater des changements graduels, à Svalbard, le changement est spectaculaire.

WWF Polar biologist Tom Arnbom

Tom Arnbom

Biologiste expert du milieu polaire, WWF-Suède

Il est crucial d’avoir des informations à jour sur la santé et la taille des populations d’ours polaires.

Sybille Klenzendorf

Sybille Klenzendorf,

Experte senior spécialisée dans la conservation des espèces, WWF-US

Si nous arrivons à comprendre ce qui est en train de se passer, nous protégerons mieux les ours polaires.

WWF conservationist Gert Polet

Gert Polet

Conservation, WWF-Pays-Bas

  • To find polar bears, the researchers survey from the air. From the helicopter, an anesthetic dart immobilizes the bear for up to an hour so  the researchers can safely assess it.

    Survol de la banquise en hélicoptère. L’ours, une fois repéré, est immobilisé à l’aide d’une flèche anesthésiante pour que les biologistes puissent l’examiner en toute sécurité.

  • The Norwegian Polar Institute is pioneering work in the use of geo-location ear tags that store a surprising amount of data on a chip set the size of a small coin- including temperature and light. That information may help them identify when bears go into dens.

    De la taille d'une pièce de monnaie, ces "balises auriculaires" stockent des données telles que la localisation de l'ours, la température ambiante et la luminosité de l'environnement.

  • Polar bear research isn’t all high-tech. Here, the researchers team up to weigh a polar bear the old-fashioned way – with scales and a sling. A female may weigh 150–250 kg, while a male could weigh up to 700 kg.

    Les chercheurs unissent leurs forces pour peser un ours polaire. Le poids d’un mâle peut atteindre jusqu'à 700 kg.

  • In order to set camera traps, WWF biologists walk through the field looking for signs of tigers.

    Les chercheurs évaluent l'âge de l'ours via des mesures et prélèvent des tissus pour quantifier son niveau de contamination.

  • Camera traps are high-tech devices, some of which offer the ability to send live pictures through MMS or email.

    Une technique récemment mise au point permet aux chercheurs d'obtenir l'ADN de l'ours polaire à partir de ses empreintes.

2 A l’état sauvage

Dans les yeux d’un ours polaire

Grâce à la caméra qu’il porte en collier, nous pouvons suivre le quotidien d’un ours polaire pas à pas : sa quête de nourriture ou de partenaire, ses errements sur la banquise…

L'inventeur de la caméra Mehdi Bakhtiari et le vidéaste Adam Ravetch ont travaillé avec des biologistes américains afin d'équiper de caméras de collier quatre ourses polaires femelles en Alaska. Les caméras ont capturé la vie sur et sous la glace par tranche de 10 minutes. Ce projet a été financé par le WWF.

La "Wild life Cam" a permis aux biologistes de récolter des données inattendues sur les ours polaires. Lors d’un précédent test, une séquence montre un ours en train de se gaver de baies - une source de nourriture que les biologistes avaient écartée car ils la pensaient trop pauvre en énergie. Ce genre d’information constitue une piste intéressante pour les chercheurs qui étudient la façon dont l’espèce s’adapte dans un monde où la banquise se fait rare.

  • Night photo infrared light
  • Day night sensor
  • Menu Display
  • Motion sensor
Camera trap

Vue depuis le « collier caméra » d’un ours polaire

  • The camera is attached to a collar placed on a polar bear's neck. The collar also sends a GPS signal, so it can be retrieved when it falls off.

    La caméra est fixée au cou de l’ours via un système de collier. Ce dernier émet également un signal GPS quand il tombe, de sorte qu’il puisse être récupéré par les chercheurs.

  • In Indonesia, this young Sumatran tiger was wandering around with its mother (not shown).

    L’ourse repère un partenaire potentiel dans l’eau.

  • WWF cameras record anything that passes by, not just tigers. In this case, a leopard peering into the camera.

    Elle plonge, nage sous l’eau pour s’approcher plus près.

  • WWF cameras record anything that passes by, not just tigers. In this case, a leopard peering into the camera.

    Les deux ours font connaissance, les yeux dans les yeux.

3 La dernière mer de glace

Un monde qui s’évapore

A mesure que le climat se réchauffe, la banquise d’Arctique se volatilise.

Presque chaque été, la quantité de glace restante diminue. Cette glace d'été est pourtant d'une importance vitale à tout un éventail d'animaux, y compris la population locale : des minuscules crevettes aux immenses baleines boréales, en passant par les ours polaires. D’ici à 2040, quand toutes les autres grandes surfaces de glace d'été auront disparu, il ne restera qu’un seul tronçon. Nous sommes dans la dernière aire glacière.

Le WWF soutient la recherche sur l’Arctique afin que cet habitat essentiel continue d’héberger les ours polaires et toute forme de vie liée à la banquise.

tx2

La banquise est un écosystème, support d’interactions complexes entre les espèces. Les animaux de l'Arctique utilisent la glace pour migrer, s'accoupler et se reproduire. Pour certaines personnes, la banquise est toute leur vie. C'est sur la glace qu'elles chassent, qu'elles pêchent et qu'elles se déplacent.

Mike Baltzer

Clive Tesar

Programme Arctique global, WWF